05 novembre 2007

Vous me recognassiez ?!?

Ah, voilà ! Ca y est ! Enfin rentré d'un périple intersidéral qui me mena des confins altiligériens aux abîmes cantaliennes et ceci aller-retour, retour-aller et par ci et par là. A présent, on pose veste, valises, femme, enfants, cochons et gorets et on s'y remet tout doucétement.

Alors, qu'est-ce qu'y se passe ? Qu'est-ce qui disent ? L'été s'est bien passé ? L'automne est encore tiède ? Et la vie, elle est comment ? Pour ma part, les légérs frimats, pointant timidement à l'horizon, commencent à m'émoustiller l'appétit. Ca va encore découper velu dans les cours de fermes. C'est pas pour dire, mais ça va bientôt gicler du boudin, trépanner de la tête, de la langue et de la gorge, passer aux grilles 4, 6, 8 et 10 des chairs sanguinolentes et de la panne bien blanche. Plein les narines, la panne,  c'est moi qui vous l'dit ! Ca va terriniser dru, découper d'l'échine plein pneu, jouer d'l'épaule façon basque et s'vautrer dans l'auge demi-sel ! Ils sont fait, j'vous dis, les gorets ! Y'en a pas un qui y coupera. Et avec ça si y'a un ou deux plumitifs famille gibier qui acceptaient gracieusement de tomber dans la cocotte, on commencerait à être plutôt bien, j'vous l'garantie.

En attendant de mettre tout ce bazar en oeuvre et comme on était rentré tard, un p'tit plat vite vu :

Coing, légumes racines, boudin et gambas

ragout_boudin_gambas

J'vous la fais pas technique, c'est juste pour manger un bout avant d'aller au lit !

On s'prend fruits et légumes suscités, on pèle, on coupe en cube. On balance ça dans une cocotte où a rissolé du lard vieux. On touille, on ajoute des cèpes déshydratés et réhydratés avec un peu d'eau de trempage. On ajoute un peu de fumet de tête et carapaces de gambas. On garde les corps pour tout de suite après. On claque ail, thym, on couvre. Ca glougloutte, ca froufroute. Pas trop quand même ! Et on envoie boudin et gambas. Encore une minute ! On met la table, on appelle maman et voilà le travail.

Et avec le bouzin, on s'envoie cette merveille d'Aurel 95, côteaux du Languedoc du mas des Aurelles, de l'époque où y séviçait ce diable de Karl Mauguin. Ceux qui n'ont pas goûter ceci passeront à la grille n°4. Compris!!!

aurel_95

Posté par lenfantdelard à 15:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Vous me recognassiez ?!?

    Ah, le revoilà le bougre, on le pensait perdu pour la charcutaille mondiale et la canaillerie cosmique. On est soulagé. Et on relit "Martine se goinfre de rillettes". Des deux mains.

    Posté par Estebe, 05 novembre 2007 à 16:34 | | Répondre
  • mais quel bonheur, te revoilà !! on te retrouve avec la même verve et ces mêmes recettes allèchantes. ça fait mal la grille n°4 ?

    Posté par Marielle, 05 novembre 2007 à 20:34 | | Répondre
  • oh, j'adore ce que tu fais !

    Posté par cyrillus, 06 novembre 2007 à 17:51 | | Répondre
  • Bienvenue again dans la blogloumiam, cher Lenfantdelard! J'ai ouvert une bouteille des 3 petits cochons 2003 du Domaine du Loup Blanc pour fêter dignement votre retour!

    Posté par olif, 08 novembre 2007 à 17:14 | | Répondre
  • Slt fred

    c franck 2 ché rioufreyt j'espèr que tu va bien moi oui 6-mer pour té conseils ke tu ma donné. t'étai 1 chef super cool sérieu voilà j'espèr ke tu viendra me mettre dé coms sur mon nouvo blog
    http://aka43-tkt.skyblog.com é ta toujour mon canalblog osi à bientôt continu ton blog comme ça sérieu à la prochaine j'espèr

    Posté par franck, 02 décembre 2007 à 21:45 | | Répondre
Nouveau commentaire